Skip to main content

Tout ce qui brille n’est pas de l’or

Chez Tamarit Motorcycles, nos motos sont produites une à une avec la même qualité que n’importe quelle marque haut de gamme du marché. Le résultat esthétique de nos motos étonne un grand nombre de personnes dans le secteur automobile.

L’une des techniques dont nous allons parler aujourd’hui est le chromage ou le procédé d’électro-analyse. Il s’agit d’un procédé chimique qui fait briller les pièces de nos motos comme un miroir. Ce processus nous distingue et nous positionne comme une marque de motos haut de gamme.

Comment se fait le chromage d’une pièce ?

Processus de chromage ou électroanalyse

Si nous cherchons dans le dictionnaire ce qu’est l’électroanalyse, il est dit que c’est : “Méthode qui met en relation certaines des grandeurs électriques qui caractérisent le circuit électrochimique avec la concentration d’une substance qui réagit ou peut réagir sur les électrodes”.

Notre objectif avec ces textes n’est pas de vous ennuyer avec toute la chimie du processus, mais d’expliquer le travail artisanal que Tamarit réalise sur ses pièces.

Le polissage, la chose la plus importante. 

Artisanat chimique

Tout peut être chromé, du plus petit écrou au châssis complet d’une moto. La partie la plus importante du processus est le polissage, qui nécessite des centaines d’heures de travail manuel. Le chromage d’un châssis peut prendre une semaine à une personne pour le rendre parfait. 

Qu’est-ce que le polissage ? Le polissage est un nettoyage et, bien sûr, le polissage d’une petite pièce n’est pas la même chose que le polissage d’un châssis complet. Pour polir une petite pièce, on utilise normalement un radial. Pour polir un châssis, on utilise une polisseuse industrielle. Chez Tamarit, nous avons une polisseuse industrielle, où une partie de notre équipe passe des centaines d’heures à polir les pièces de nos motos.

Nous ne pouvons pas banaliser le processus de polissage comme étant le nettoyage d’une pièce. Quand on parle de polissage, on parle de mains très fines. Toute tache, trou d’épingle ou mauvaise soudure génère ce que l’on appelle dans le jargon un “cratère”. Si ce cratère reçoit de l’acide ou de l’eau, tout le processus doit être répété.  

Ce processus manuel de chromage, nickelage ou cuivrage nécessite des centaines d’heures de travail manuel et d’artisanat. D’après notre expérience, le chromage d’un châssis est le travail d’une personne pendant une semaine entière.

Prochaines étapes.

La magie de la chimie

Nous utilisons ce procédé sur différents matériaux : aluminium, fer et plastique. Pour chaque matériau, les techniques appliquées sont différentes.

Fondamentalement, ils sont tous soumis au processus ultrasonique dans une piscine où ils sont décapés, nettoyés, dégraissés et amalgamés avec des processus chimiques différents pour chaque matériau.

Dans un deuxième temps, on donne un bain de nickel, dans certains cas avec du cuivre alcalin et, dans le cas du plastique, avec du palladium gravé pour le transformer en pièce métallique. Pour terminer le processus, la pièce est soumise à un placage final, qui peut être en chrome, nickel, laiton ou or.

La dernière étape est essentielle et c’est là que l’on voit le résultat de centaines d’heures de travail. 

Or, laiton, nickel, bronze ou palladium.

Matériaux précieux et non-précieux

Dans la dernière étape, où l’électricité fait sa magie en faisant adhérer les métaux précieux au fer, à l’aluminium ou au plastique, il s’agit de véritables matériaux “précieux”. Fait curieux, lorsqu’ils veulent fabriquer quelque chose en or, ils jettent or liquide 24 carats dans le bassin de travail pour obtenir ce résultat.

Le résultat, la plus grande satisfaction.

Notre marque de fabrique

Dans notre philosophie de travail, nous accordons une grande importance à l’effort. Chaque effort a sa récompense et ces emplois manuels, qui disparaissent, sont ceux que nous voulons récupérer chez Tamarit.

Comme pour tout ce qui coûte, le résultat est merveilleux. Le résultat, après tant d’heures investies, est ce qui nous donne envie de fabriquer des motos chromées en permanence. Nous aimons ce que nous faisons et c’est le secret de notre réussite : effort, persévérance et travail acharné.

Commencer mon projet

Sur notre projet numéro 100, Jade, le chromage a joué un rôle majeur, avec des centaines d’heures consacrées au chromage, de l’échappement à l’équipement de la moto.
Dans le cas d’Aileen, notre moto 97, toutes les pièces métalliques de la moto ont été chromées, y compris les couvercles du moteur.
Ici nous avons un résultat différent, dans cette image vous pouvez voir le résultat d’un nickelage par électrolyse.
Le résultat spectaculaire et accrocheur de 105 Silenzio Bruna a été obtenu, entre autres, par l’usinage en laiton de ses jantes.

Sur cette moto, 116 Vaélica, on peut voir une combinaison de pièces nickelées en graphite avec d’autres usinées en laiton.

L’une de nos motos les plus iconiques, la Gullwing, une édition limitée où l’on peut voir le chromage de toutes les pièces métalliques.

72 Libertas a été entièrement chromé, à l’exception du châssis, qui a reçu un nickelage exclusif.

Circe combine la technique du chromage avec l’usinage du laiton, ce qui lui donne cet état de bijou qui brille de sa propre lumière.